20 mai 2022 : Organisation d'une simultanée pour les adhérents du club

Que l'occasion était belle par ce 20 mai au club de Liffré pour faire une simultanée avec notre entraineur Pierre Bailet MI (2509F). Le soleil était encore haut dans le ciel et il faisait encore chaud, alors que débutaient les parties pour une petite vingtaine de Liffréens peu après 18 h 00.

Dans la tradition de la simultanée, le fort joueur avait les blancs et tous les autres adversaires avaient les noirs, chacun des échiquiers disposés en cercle à l'intérieur duquel notre professeur circulait en jouant ses coups sur chaque plateau.

Chacun, par cycle de 4, eut le droit aux 4 principaux coups d'ouverture des blancs Cf3, c4, d4 et e4.

simultanee

On disposait tous d'un joker, utilisable une seule fois qui nous donnait un tour supplémentaire de réflexion avant de jouer, lorsque le Maitre revenait jusqu'à nous, une fois son tour achevé. Lui devait jouer en quelques secondes ses coups une fois devant notre échiquier, handicap important pour un joueur de son niveau mais tout de même une montagne à franchir pour les adhérents du club qui se répartissent de façon assez homogène : de non classé (1199) à 1600F ELO.

Le rythme était relevé, chacun de nous ayant 1 à 2 minutes de réflexion pour notre prochain coup. Petit-à-petit, impitoyablement, Pierre prenait l'avantage sur tous les échiquiers. Une première défaite, puis une deuxième, tout le monde essayait de tenir tant bien que mal jusqu'à la première surprise : un joueur, Manuel réussit à décrocher une nulle par triple répétition !
On se rendra compte après à l'analyse lors d'une discussion avec lui qu'il forçait le maitre à perdre une pièce s'il n'acceptait pas la nulle, voire perdre la partie à cause d'un méchant clouage de son cavalier menaçant de mater son roi, alors en position de petit roque avec une dame soutenue par un fou.

Personnellement, j'ai tenu un peu plus longtemps mais je ne compris pas que dans mon ouverture j'avais perdu des tempos dans une course de vitesse vers le roi adverse dans une position à roques opposés. Il eut même le panache de faire un sacrifice de cavalier puis de me mater en force avec un pion quelques coups plus tard.

Alors que continuait le match, il restait 5 ou 6 joueurs à être parvenus en finale contre Pierre (ce qui est déjà un bel exploit).

Un autre joueur, Jérémy, avec une pièce de moins mais un pion de plus est parvenu à arracher une nulle dans une position difficile à convertir alors qu'il était le dernier échiquier restant encore en jeu.

Bel exercice de style, que chaque joueur du club a apprécié. À rééditer !

(article rédigé par Guillaume et mis en ligne par David)

FacebookTwitterShare